Des institutions financières adoptent les solutions Ripple partout à travers le monde. L’une des causes principales de cette adoption massive est la stabilité qu’offre XRP, le coin natif de Ripple.

La stabilité de Ripple rend son utilisation propice

Depuis l’apparition du Bitcoin, il y a plus de dix ans, la critique le plus souvent lancée à l’encontre des actifs numériques est leur volatilité et leur manque de stabilité. Pour la plupart des gouvernements et des institutions financières, ce facteur est la raison première pour laquelle ils n’ont pas encore adopté les crypto-monnaies.
XRP est désormais capable d’apporter de la stabilité et des banques centrales ainsi que d’autres entités financières font la queue pour utiliser l’actif et les technologies qui y sont reliées.

Un tweet de Ripple XRP Crypto déclare :

Le XRP de Ripple est très stable et pour cette raison, les gouvernements et les institutions financières gardent un œil dessus.

Selon ce tweet, le XRP a atteint le record de 5 ans en tant que technologie stable, et sa gestion rend son utilisation idéale pour les institutions et les entreprises.

Au mois de Mai de l’année dernière, World Bank Group a révélé qu’ils étaient impressionné par le pouvoir innovant ces actifs numériques qui exercent une pression concurrentielle sur les réseaux de paiements trans-frontaliers. Le groupe a reconnu que les actifs les plus performants seraient associés aux devises légales et utilisés par les banques centrales.
World Bank et IMF font partie de la cinquantaine de banques qui travaillent actuellement avec Ripple.


À lire également : Ripple rejoint une association européenne en faveur de la blockchain


Les banques s’intéressent à la technologie blockchain

Selon un rapport du Forum Économique Mondial, de plus en plus de banques cherchent et expérimentent activement autour de la technologie blockchain afin d’en comprendre les tenants et les aboutissants. Le but serait de générer une monnaie numérique de banque centrale (CBDC).

 

 

Ashley Lannquist, principale auteure de ce rapport et chef de projet blockchain et technologie de registre distribué pour le Forum Économique Mondial, a révélé que 44 banques considèrent activement la blockchain comme une technologie en évolution. Elle a ainsi déclaré :

Les travaux pilotes et expérimentaux menés jusqu’à présent sur ce sujet ont donné des résultats à la fois mitigés et optimistes. Le résumé de la situation actuelle est que les banques centrales procèdent à l’heure actuelle avec précaution, tout en étant très impliquées dans la recherche.

Malgré l’intérêt de ces banques, Lannquist a noté que la plupart d’entre elles doivent jongler avec des problèmes techniques et réglementaires dans le domaine. Elle reste toutefois optimiste et pense que les banques centrales devraient pouvoir émettre une CBDC d’ici quelques années.

Ripple est un adversaire de taille pour SWIFT

Ces dernières années, la start-up californienne Ripple a été très claire quant à ses objectifs. Elle aspire tout d’abord à remplacer SWIFT sur le plan mondial en tant que système dominant du paiement trans-frontalier. L’entreprise a développer divers produits comme xRapid, xCurrent, et d’autres encore. Tous visent à faciliter les transactions trans-frontalières pour les banques et les institutions financières. Et bien lui en a pris, puisque de plus en plus de banques et d’identités commerciales s’alignent pour utiliser les produits Ripple.

Avec une adoption massive du l’actif numérique XRP partout à travers le monde, les avancées technologiques qui sont faites, on peut espérer que les banques centrales se joignent aux institutions utilisant la technologie blockchain d’ici peu.

En Europe, les choses avancent bon train également, suite à l’association de plusieurs entreprises de la fintech avec la Commission Européenne.