Au moment où nous écrivons cet article, coinmarketcap.com liste plus de 2100 cryptomonnaies au total. Et cette liste n’est bien sûr absolument pas exhaustive. Loin de là !

Certains portefeuilles numériques prennent en effet en charge plus de 3000 tokens différents. Si vous comparez cela avec le nombre de jetons répertoriés par le même site début de 2017, qui était de 860, vous devriez en conclure que la cryptosphère croît à la vitesse de la lumière – du moins en ce qui concerne la variété de tokens.

Bitcoin, pionnier de toutes les cryptomonnaies, est toujours responsable de la majeure partie de la valeur sur le marché, ainsi que de la majeure partie du volume des transactions.

Il serait facile de penser que toutes ces pièces, à part le XRP, le Bitcoin ou encore Ethereum, ne valent rien ou ne sont pas utiles du tout. Étant donné la valeur prépondérante de Bitcoin, cette idée fausse serait compréhensible, mais elle en resterait néanmoins une idée fausse.

Le XRP notamment a été créé avec un objectif clair en tête : abolir le tiers durant les transactions afin de permettre une baisse du coût de ladite transaction, et de permettre de l’effectuer plus rapidement. Quant au bitcoin, il a été créé pour remplacer les fiat, de telle sorte que les autorités centrales et les banquiers ne puissent plus jamais créer une crise financière mondiale.

Le fait est que tous les projets blockchain ne veulent pas changer le monde aussi radicalement.

Parmi tant de cryptomonnaies, beaucoup d’entre elles ne sont guère plus que des projets de bande de développeurs s’ennuyant. Elles ne valent rien ou presque, et ne résolvent aucun problème de transaction. Par conséquent, elles ne n’amènent aucun progrès.

Mais si vous regardez plus attentivement le marché, vous trouverez quelques projets blockchain qui ont été créés dans un but particulier, et ils ont été déployés et développés de telle manière qu’ils sont pratiques pour traiter le problème qu’ils sont destinés à résoudre.

Dans cet article, nous vous parlerons de ces projets. Ceux qui ont été créés pour être utiles. Certaines de leurs applications pourraient même vous être utiles.

Bitcoin: La genèse

Créé en 2009 par l’insaisissable développeur Satoshi Nakamoto, le bitcoin a pris vie pour devenir une alternative aux monnaies locales et pour permettre à ceux qui sont exclus du système financier traditionnel de se prendre économiquement en main.

 

 

Satoshi a vu (comme beaucoup d’autres personnes l’ont fait au lendemain de la crise financière mondiale de 2008) que les banques centrales et les gouvernements étaient devenus inflationnistes.

Mais contrairement à presque tout le monde à l’époque, il a essayé de trouver un moyen de résoudre cette situation. Et sa solution a été de recourir à la décentralisation pour garantir la confiance. Les registres centralisés n’agiraient plus comme des autorités centrales arbitraires qui peuvent faire tout ce qu’elles veulent et exiger tout ce qu’elles veulent lorsqu’il s’agit de transférer des fonds.

Mais en plus de créer un système de paiement mondial qui rivalise désormais avec Mastercard et Visa, Satoshi a créé une nouvelle façon de stocker de la valeur. Tant qu’il y a un réseau Bitcoin en ligne, la valeur de chaque jeton est préservée.

Le réseau est composé de plus de 10.000 nodes actifs fonctionnant entièrement, gérant et validant les transferts et créant de nouveaux blocs pour la chaîne – et donc de nouveaux bitcoins. Cela témoigne du pouvoir du protocole, ainsi que du pouvoir de décentralisation tel que Satoshi l’a imaginé.

 

Ethereum : Le pionnier des contrats intelligents et des applications décentralisées

Tout a commencé avec l’annonce du créateur et chef de file du projet, le Russe Vitalik Buterin, en 2014.

Ethereum a élargi les horizons de la technologie blockchain. Buterin a trouvé un moyen d’utiliser les blockchains comme plate-forme programmable permettant aux utilisateurs de développer et de déployer des applications décentralisées et des contrats intelligents.

Alors pourquoi utiliser des blockchains pour développer des applications et des contrats ? Parce que la technologie blockchain garantit qu’ils n’auront pas le maillon le plus faible qui pourrait faire tomber la plate-forme ou le contrat, ce qui est non seulement possible mais commun dans la technologie centralisée. C’est le pouvoir de la décentralisation.

De plus, une application vraiment décentralisée ne peut en aucun cas être réduite à néant. Une fois qu’il est en cours d’exécution, il le restera aussi longtemps que le réseau est actif.

Le réseau a des problèmes, c’est sûr. L’évolutivité, les vitesses de transfert et les prixsont des plaintes courantes chez les utilisateurs depuis un certain temps déjà. C’est normal dans un réseau qui est sur le point d’avoir cinq ans, ce qui est une éternité dans le monde de la blockchain.

Mais la raison pour laquelle nous incluons Ethereum en tant que projet et sa cryptomonnaie (ETH) est qu’il a une utilité pratique certaine. En outre, elle est devenue  importante la deuxième cryptomonnaie du monde en termes de capitalisation boursière.

 

Monero : Le champion de l’anonymat

Les registres et la blockchain ne sont généralement ni privés ni anonymisés. En fait, c’est public et transparent. Tout internaute peut utiliser l’explorateur de blocs du réseau et suivre l’activité d’un portefeuille spécifique s’il est prêt à y consacrer du temps et du travail.

Les créateurs de Monero savent que certaines blockchains ne sont pas aussi privées qu’on le pense. Ils ont donc décidé de créer une nouvelle blockchain dans laquelle l’anonymat est la valeur fondamentale. Ainsi Monero est né en 2014, et cette blockchain est en effet authentiquement anonyme, privée et fongible.

Le projet n’a pas cessé de progresser. Plus récemment, en 2017, il a réussi à implémenter avec succès des adresses furtives, des signatures de cercle et des technologies de type CT (ce qui est assez technique et nous n’entrerons pas dans les détails, donc vous devrez nous croire sur parole : c’est anonyme). Le seul problème en suspens est le masquage des adresses IP.

Ce serait une bonne chose à inclure dans le protocole et, une fois qu’il sera implémenté, vos transactions avec la cryptocurrency (XMR) de Monero seront réellement impossibles à suivre. La technologie est si efficace que certains pays, notamment la France, envisagent d’interdire la technologie XMR (et d’autres projets dans l’optique de la protection de la vie privée) parce qu’elle enlève vraiment au gouvernement le pouvoir de savoir ce que vous faites avec votre propre richesse.

 

Fatcom : Les enregistrements Akashic de la blockchain

Il s’agit d’un projet discret qui a vu le jour en 2014. Son objectif est d’être le détenteur perpétuel du record du monde, ce qui n’est pas une mince ambition.

Peter Kirby a fondé ce projet. Selon lui, la conception de Bitcoin intègre au système certaines limites qui ne peuvent être résolues de façon créative. Et pourtant, il a démontré qu’il s’agit du système d’enregistrement le plus fiable et le plus indélébile jamais connu de l’humanité.

Factom utilise la sécurité et l’immutabilité de Bitcoin pour les informations autres que les transactions financières.

Une fois que la plate-forme Factom apprend une nouvelle donnée, rien ne peut la modifier. Elle devient écrit dans la pierre (la pierre numérique, dans ce cas) parce que Factom l’ancre dans la chaîne de blocs de Bitcoin. C’est un peu comme un certificat d’existence pour l’information en question, qui peut être n’importe quoi de numérique. Vidéos, documents, audios, probablement même des logiciels. De cette façon, vous pouvez utiliser la plate-forme pour vérifier l’article en question et le garder en sécurité.

La blockchain de Factom n’a rien de nouveau. Il s’agit tout simplement de la chaîne SHA-256 de Bitcoin (si une telle chaîne peut être considérée comme simple) et d’une blockchain native développée par le projet. Il y a trois choses dans le menu :

  • « Preuve d’existence »
  • « Preuve du processus »
  • « Preuve d’audit »

Il fonctionne, et il est devenu le premier notaire décentralisé au monde.

La valeur pratique du projet est attestée par les 126 millions de documents qu’il contient actuellement. Jusqu’à présent, Factom a obtenu plus de 126 485 400 dossiers, ce qui témoigne de son caractère pratique.

 

Dash : Monnaie numérique

Dash est né le 18 janvier 2014 sous le nom de « XCoin ». Il a été développé par Evan Duffield. En février 2014, il a été rebaptisé « Darkcoin », puis, le 25 mars 2015, il a été renommé à nouveau « Dash ».

L’idée du créateur est que Dash soit facile à utiliser et anonyme pour les utilisateurs qui se soucient beaucoup de leur vie privée.

 

 

Dash examine ce que le système financier traditionnel et les monnaies étrangères ont de mieux à offrir, puis essaie de les adapter de la manière la plus conviviale possible dans la cryptosphère. Dash ne veut pas être sous les feux de la rampe, il se contente d’être le moteur d’entraînement sous le capot d’une interface utilisateur qui ressemble beaucoup à une banque traditionnelle.

La force de Dash réside dans ses cas d’utilisation pratique, qui en font un bon investissement. Le travail quotidien de l’équipe de direction est également remarquable. InstantSend et PrivateSend sont des caractéristiques remarquables qui définissent une valeur fondamentale solide du projet.

 

Golem: La décentralisation de la puissance de traitement informatique

Pouvez-vous imaginer un super-ordinateur décentralisé en open source travaillant sur la technologie blockchain ? C’est ce qu’est le projet Golem, et c’est le premier du genre dans l’industrie. C’est la puissance de la cryptomonnaie native du réseau (Golem ou GNT, Golem Network Tokens) qui est basée sur Ethereum. La valeur du jeton n’est pas aussi vulnérable aux pressions inflationnistes et à la spéculation car le nombre total de pièces en circulation est fixe.

 

La puissance de calcul de Golem provient de toutes sortes d’ordinateurs répartis sur toute la planète. Des petits ordinateurs portables et appareils portables aux grands centres de données. Si vous utilisez la plateforme de Golem, vous pouvez utiliser toute cette puissance pour faire tourner votre site web, faire un calcul scientifique problématique, exécuter un long morceau de code, rendre CGI. Vous pouvez même l’utiliser pour exécuter un logiciel minier.

Ce n’est pas gratuit. Vous devez payer pour votre utilisation avec des jetons GNT que vous pouvez obtenir sur certaines plateformes d’échange de devises cryptographiques, ou vous pouvez les obtenir en louant cette puissance de calcul supplémentaire que vous avez à la maison ou au travail et que vous n’utilisez pas vraiment.

La feuille de route de Golem est prévue pour les 4-5 prochaines années, ce qui est une éternité dans la cryptoverse. Mais il y a beaucoup de potentiel dans un projet qui peut rendre un super-ordinateur disponible à n’importe qui dans le monde à peu de frais et efficacement. Imaginez comment, aujourd’hui, n’importe quel scientifique isolé peut disposer d’autant de puissance de calcul que les grands du monde (pensons à la NASA ou à certaines des meilleures universités du monde) pour développer un projet passionnant qui ne pourrait décoller autrement faute de ressources informatiques.

 

Siacoin: Clouds décentralisés

Il s’agit d’un projet très terre-à-terre avec un usage pratique qui est d’utiliser pour exploiter l’énergie de la chaîne de blocs dans un système de stockage en nuage décentralisé. Le stockage en nuage devient de plus en plus courant et il sera donc fascinant de voir comment Siacoin se développera au cours des prochains mois.

Sia permet aux utilisateurs de faire des revenus passifs en louant leur espace de stockage inutilisé au réseau, et il y en a beaucoup. Le système a 1.7 PetaBytes dans l’espace de stockage, dont il utilise seulement 212 TeraBytes actuellement.

Vous pouvez vous demander si le monde a vraiment besoin d’un autre système de stockage en nuage alors que nous avons déjà des services comme Google Drive, Dropbox ou Amazon Cloud. Et la réponse serait oui pour deux raisons principales. Premièrement, Sia est décentralisée et basée sur une chaîne de blocs, ce qui la distingue des options commerciales mentionnées en termes de fiabilité et de confidentialité. Deuxièmement, le service de Sia est beaucoup moins cher. Dans les deux cas, les données sont stockées sur la chaîne de blocs au lieu d’être stockées sur des serveurs centralisés coûteux.

De plus, les services de stockage centralisés ont des goulots d’étranglement. Nous avons tous eu cet épisode dans lequel Google Drive prend des lustres pour effacer un tas de petits fichiers ou pour se synchroniser avec votre ordinateur, et c’est tout simplement inutile en attendant.

La nature de ce projet signifie que le succès est quelque chose qui ne peut être atteint (ou jugé) qu’à long terme. Et aussi, c’est le service lui-même qui est essentiel, plus que la valeur de la cryptocurrency native du projet (elle s’appelle Siacoin, SC), donc le projet Siacoin a un long chemin à parcourir.

Le succès serait de devenir une option concurrentielle par rapport aux principaux services centralisés que nous connaissons tous déjà. Mais elle doit aussi faire face à la concurrence de la cryptovigilance avec des projets tels que Storj et MaidSafe qui offrent des options similaires. Les points forts de Sia sont l’amélioration de la décentralisation et du cryptage.

L’équipe de développement est entièrement satisfaite de sa capacité à proposer un produit extrêmement compétitif. À tel point qu’ils ne sont pas intéressés par le marketing.

C’est l’une des chaînes de blocs les plus « réelles » du monde de la cryptographie, et cela vaudra la peine d’y jeter un coup d’œil dans les mois et les années à venir. Et qui sait ? Même pour l’utiliser si vous avez besoin d’espace supplémentaire pour stocker ou pour louer de l’espace, si vous en avez.

 

IOTA: Internet of things

Beaucoup de nouveaux (et pas si nouveaux) projets maintiennent qu’ils sont la prochaine génération crypto. IOTA est l’un d’entre eux, et nous vous donnerons quelques informations pour que vous puissiez décider si c’est bien le cas.

Le projet vise à faire de sa cryptomonnaie la plus utilisée sur Internet.

L’une des caractéristiques uniques de l’IOTA est le prix de transaction : il n’y en a pas. Les transactions sont entièrement gratuites, ce qui n’arrive pas du tout dans d’autres projets (aussi petits que les frais de transaction puissent être).

 

 

L’IOTA n’utilise pas de chaîne de blocage du tout. Au lieu de cela, il est alimenté par la technologie Tangle.

L’adoption de l’IOTA est liée à l’adoption des dispositifs d’IdO afin qu’ils puissent croître très lentement, mais lorsque ce marché deviendra pertinent, il sera déjà dans la poche de l’IOTA et c’est pourquoi nous ne devrions pas l’ignorer.

Attendez-vous à un faible taux d’adoption de l’IOTA, car il ne fera que croître à mesure que de plus en plus de gens commenceront à utiliser des choses et des téléphones et des dispositifs intelligents.

 

Ripple: La blockchain des transferts de fonds

Impossible de ne pas parler de Ripple et du XRP dans un article sur Ripple-France.fr !

Ripple a été fondé avec un objectif très précis en tête, poursuivit sans relâche depuis presque sept ans. Ce n’est pas quelque chose que vous et moi pouvons utiliser directement, mais nous pourrions encore en ressentir les avantages dans les années à venir. Comme nous en parlions un peu plus haut,  Ripple veut se débarrasser de toutes les frictions et de la bureaucratie qui caractérisent l’envoi d’argent à travers les frontières en utilisant la chaîne de blocage de l’entreprise, les solutions logicielles et la cryptomonnaie. En raison de la mission de l’entreprise, ses clients et partenaires ne sont pas des particuliers, mais des banques et des services de transferts de fonds et les cas d’utilisation de la monnaie au détail ont été plutôt rares (mais si cela change rapidement).

Les paiements effectués grâce à la technologie Ripple sont réglés en quelques minutes, ils coûtent des fractions d’un penny et sont très fiables. Le système traditionnel (qui porte le nom involontairement sarcastique de SWIFT) prend des jours, et c’est assez cher, nécessitant généralement des frais d’environ 25 USD ou un pourcentage du paiement.

L’idée de Ripple est donc de devenir le moteur des banques et des services de transferts de fonds dans le monde, et c’est un succès. Elle compte déjà plus de 200 partenaires stratégiques dans le monde, dont certaines des banques les plus importantes et les plus influentes du monde, comme Banco Santander, American Express, le Crédit Agricole, etc.

Outre ce cas d’utilisation, XRP s’est avéré être une option d’investissement judicieuse. C’était le token le plus rentable parmi toutes les tokens de 2017 et 2018 (qui étaient, respectivement, une année de prospérité et une année d’hiver, c’est donc le token pour toutes les saisons), et elle devient également une monnaie de détail disponible aux utilisateurs finaux. Au cours des derniers mois, plusieurs projets fintech ont émis des cartes de débit financées par des jetons XRP (parmi d’autres monnaies dont Bitcoin et Ethereum), ce qui signifie que, si vous avez un de ces plastiques, vous pouvez payer votre épicerie, ou vos cigarettes, avec vos actifs numériques.

Ripple se développe régulièrement à un moment où la plupart des autres projets de la chaîne de blocs se rétrécissent à cause de l’hiver prolongé de la cryptographie, c’est bien géré, et c’est un projet solide sous tous les angles que vous pouvez adopter. Et tout cela est basé sur une seule application pratique réussie.

Civic: Service d’identification dans le monde entier

La mission de Civic est d’utiliser la chaîne de blocs pour créer une identité numérique décentralisée pour tous dans le monde. Cela peut ne pas sembler aussi attirant que les projets précédents sur la liste, mais cela pourrait être incroyablement utile.

L’identité numérique de Civic serait conforme aux règles variées imposées par les différents gouvernements de la planète.

 

 

La première étape consiste à sécuriser les données à l’aide de la blockchain Civic. Ensuite, les données stockées sont minutieusement vérifiées par Civic ou l’un de ses partenaires commerciaux. Une fois que la validité des données est assurée, elles sont attestées et incluses dans la chaîne de blocs en tant que données non déchiffrables. Et ces données ne peuvent être échangées qu’entre un utilisateur et la partie à qui il tente de prouver son identité par l’utilisation de Civic Tokens (CVC).

Si le projet réussit, vous n’aurez plus besoin de taper vos informations dans chaque site que vous visitez ou utilisez. Ou toutes les banques, tous les hôpitaux, toutes les compagnies d’assurance, etc. Le processus deviendrait sans friction si la technologie de Civic réussissait, et la force de la technologie blockchain rendrait les problèmes de vol d’identité impossibles.

Ce pourrait être le cas d’utilisation le plus controversé parmi ceux déjà expliqués dans cet article. Mais il ne fait aucun doute qu’il aurait une valeur pratique.

Actifs numériques et aspects pratiques

La cryptosphère va continuer à grandir dans le futur. Au fur et à mesure qu’elle se développe en tant que marché et système, certaines cryptomonnaies se consolideront et d’autres disparaîtront. Et cela nous dira quelles sont celles qui sont réellement utiles dans la vie réelle (même si ce n’est que dans la vie réelle numérique).

Notre liste est incomplète, bien sûr. La cryptosphère est gigantesque, et couvrir tous les actifs potentiellement utiles nécessiterait un livre et pas seulement un article. Nous avons donc laissé de côté d’excellents projets comme EOS, Tron, Cardano, ou encore Binance, et bien d’autres. Tron à lui seul a plusieurs monnaies avec un potentiel énorme dans son réseau (comme le Token BitTorrent, USDT-Tron, et TRX lui-même).

Mais la chose à apprendre de toutes ces informations est ceci : la valeur d’un actif découle de sa capacité à résoudre les problèmes. Et il en va de même pour toutes les autres monnaies blockchain sur le marché. Les cycles du marché vont et viennent.

 

Mais à long terme, il s’agira avant tout d’une valeur réelle. C’est le seul facteur qui augmentera la valeur de tout jeton sur le marché, c’est pourquoi il est essentiel de localiser les projets qui ont ce potentiel.