Le XRP est moins décentralisé que les autres cryptomonnaies, mais ce n’est pas forcément une mauvaise chose

Grayscale, une société institutionnelle de gestion d’actifs numériques, a récemment publié un rapport analysant l’historique des tokens XRP, le protocole, le prix, la vitesse de transaction et plus encore. Selon le rapport, les premiers développeurs du XRP Ledger se sont concentrés sur la création d’un protocole rapide qui a défié les systèmes financiers établis. Grayscale a constaté que le XRP est moins décentralisé que BTC et ETH, bien qu’il reste la troisième plus grande cryptomonnaie par la capitalisation boursière. 

Qu’est-ce que Ripple ?

Pour le petit rappel, Ripple est la société à l’origine du XRP, du RippleNet et du registre (ledger) XRP. Ripple utilise une technologie open-source. La société a été lancée en 2012, et a une capitalisation boursière de 9,8 milliards de dollars au moment de la rédaction de l’article.

Il y a actuellement 100 milliards de XRP qui circulent, dont 49,9 milliards en séquestre. Il n’y a pas de minage de XRP, car tous les jetons sont pré-minés afin de pouvoir être échangés avec les coûts de transaction les plus bas possibles. 

Le rapport Grayscale

Grayscale écrit ainsi :

Le programme XRP visait à éliminer les frais de transaction élevés et les longs délais de traitement imposés par les institutions et, comme la plupart des biens numériques, il s’attaque au problème de la double dépense, c’est-à-dire lorsque des tiers sont nécessaires pour surveiller la monnaie contrefaite ou les transactions frauduleuses.

Les développeurs ont intégré des caractéristiques, notamment un algorithme consensuel et un plan d’entiercement au lieu d’un protocole de chaîne de blocs et de récompenses d’exploitation, et ont incorporé une série de produits financiers commerciaux. Ce faisant, le XRP a pris de l’ampleur tant auprès des institutions financières que des utilisateurs individuels.

Le rapport Grayscale met en évidence la nature décentralisée du registre XRP et examine la manière dont les transactions sont effectuées sur le réseau. Cependant, Grayscale note que les efforts de Ripple pour étendre le réseau XRP rendent la blockchain nettement moins décentralisée que beaucoup de ses concurrents, comme Bitcoin et Ethereum.

 

 

Soulignant deux autres points, Grayscale a déclaré que le XRP et le XRP Ledger sont moins décentralisés en raison de l’implication de Ripple comme force motrice de l’adoption, du nombre de XRP que la société et ses fondateurs détiennent, et du fait qu’il y a une forte concentration de l’offre globale de XRP située dans seulement 100 de ses principaux portefeuilles.

Le fait que le XRP soit moins décentralisé que le bitcoin et l’ETH n’est pas nécessairement une mauvaise chose pour les investisseurs. Bien que cela aille à l’encontre des principes de décentralisation, Ripple a placé la grande majorité des XRP en séquestre pour rassurer les investisseurs. Ripple ne peut pas vendre toutes ses actifs en même temps, ce qui protège les investisseurs du token. Cependant, Grayscale souligne qu’il y a toujours un risque que  » des ventes périodiques importantes et/ou soutenues puissent faire pression sur le prix du XRP « .

Quelle est la prochaine étape pour Ripple ?

Ainsi, le XRP est moins décentralisé que le BTC et l’ETH, mais ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose pour les investisseurs. Le XRP reste la troisième plus grande monnaie numérique par la capitalisation boursière, et se comporte en fait assez bien pour le moment. Moins de décentralisation pour un token auquel les investisseurs veulent faire confiance, et c’est bon pour la blockchain – quelle que soit la manière dont on le considère.