ripple-vs-swift-xrp

Au sommaire

 

Les start-ups comme Ripple sont en train de dépasser et presque rendre SWIFT obsolète avec des services moins chers et plus rapides. Michael Moon, responsable des paiements pour le réseau mondial de paiements SWIFT, explique à finews.asia comment il compte réagir.
Le réseau mondial SWIFT achemine environ 30 millions de messages par jour et déplace la valeur annuelle du PIB mondial (65 500 milliards de dollars US en 2016) tous les 3 à 4 jours.

Cependant, SWIFT est menacé par certaines start-ups, qui veulent briser le verrou des transferts de fond à l’échelle mondiale. Les entreprises telles que Ripple et Stellar proposent des fonctionnalités précieuses, telles que le règlement instantané, la convertibilité et la traçabilité en temps réel des fonds, mais à des coûts bien moindres. Le réseau bruxellois de 45 ans peut-il tenir?

La taille du marché compte

Michael Moon, responsable des paiements chez SWIFT, affirme que la firme basée à Bruxelles ne va pas se battre: la firme utilise la technologie et son grand nombre d’utilisateurs – plus de 11 000 institutions financières réparties dans 200 pays – pour réduire les coûts.
«Au cours des sept ou huit dernières années, nous avons réduit le coût de la messagerie (comprenez ici transferts de fonds) de 93%. Nous ne pouvons le faire qu’en raison de l’ampleur que nous avons atteinte », a déclaré Moon à finews.asia dans une interview.
En raison du flux massif d’informations sur son réseau, SWIFT est en mesure de produire des rapports sectoriels sur les transactions et les mouvements de devises à l’échelle mondiale. Un exemple est un suivi mensuel gratuit, assorti de données internes, pour aider les clients à comprendre comment la devise chinoise est utilisée dans les zones géographiques et les secteurs financiers.

Attaquer les frais secrets

SWIFT attaque également les frais opaques, où un manque de transparence a entraîné des retards dans les règlements et, en fin de compte, réduit l’efficacité du processus de gestion de la trésorerie des entreprises. Tout comme les sociétés basées sur la chaîne de blocs telles que Ripple Circle, SWIFT a lancé son propre système de paiement en temps réel appelé gpi.
Elle a récemment demandé aux banques de son réseau gpi de détailler les frais facturés à leurs clients et de partager ces frais avec leurs clients. «Les institutions financières sont en train de fournir des données à une base de données centrale», a déclaré Moon.

Monde réel vs bac à sable

Actuellement, les banques organisent les paiements globaux en conservant les comptes étrangers dans une devise locale (les comptes nostro), puis en débitant les comptes, au besoin, ce qui peut réduire le temps et les capitaux.

Avoir une technologie viable n’est cependant pas le principal obstacle à des paiements mondiaux rapides et sécurisés: le principal obstacle aux systèmes de paiement intégrés réside dans les frictions au sein même des banques, a souligné Moon.
«Les paiements transfrontaliers ont été lents, car les banques doivent faire face aux réglementations sur le Forex, la lutte contre le blanchiment de capitaux et à une multitude d’activités qui contribuent à la friction des processus commerciaux», at-il déclaré. La chaîne de blocs, bien sûr, n’est pas grevée des couches de réglementation qui s’appliquent aux banques.

Remplacement des systèmes hérités

Que faire ? En mars, SWIFT a achevé une validation de concept en utilisant la technologie du ledger distribué, ou DLT, dans un environnement de test pour logiciel. L’étape suivante consiste pour les banques à remplacer les anciens systèmes ou processus existants par des systèmes de surveillance de la liquidité en temps réel.
«Tous les agents de compte doivent aujourd’hui migrer et passer des « lots » au traitement de la liquidité et reportings en temps réel, et les applications de la banque doivent être mises à jour pour alimenter la plateforme avec des mises à jour en temps réel», explique Damien Vanderveken, responsable recherche et développement chez RAPIDE.
Il reste à voir si les efforts de SWIFT suffiront à éliminer les startups qui essaieront de réduire la domination de l’entreprise sur les paiements mondiaux. Jusqu’à présent, les fintechs gagnent du terrain en attirant des millions de micro-transactions – comme de petites particules rassemblées dans une tempête de sable – sans subir de coup de grâce.

Coût inférieur, vitesse supérieure

Parmi les startups notables figurent Ripple et Stellar, qui utilisent respectivement les protocoles de paiement Ripple Transaction Protocol et Lightyear. Il s’agit de systèmes de règlement brut en temps réel et de réseaux de transfert de fonds basés sur un grand consensus et exploitant leurs ressources numériques natives.
Ils promettent les mêmes fonctionnalités pour les utilisateurs de paiements transfrontaliers: rapidité, traçabilité des fonds en temps réel et convertibilité des devises entre les plates-formes de paiement, mais à moindre coût. L’actif numérique natif de Ripple – XRP, est la troisième plus grande capitalisation boursière après Bitcoin et Etherum, tandis que l’actif numérique de Stellar – XLM, se classe au sixième rang, selon le site Internet «CoinMarketCap».

L’utilisation du réseau SWIFT coûte environ 2 à 3 centimes d’euros par transaction pour les institutions financières (qui peuvent répercuter ou augmenter les frais). En revanche, la redevance de base sur Ripplenet est de .00001 XRP (EUR 0,39 cent) et la taxe de base sur le réseau Stellar est actuellement fixée à .00001 XLM ou Lumens (EUR 0,25), selon leurs sites Web. Les deux plates-formes facturent des frais à l’expéditeur.