ripplenet-reseau

RippleNet ou le réseau Ripple est un ensemble de serveurs de validation par consensus. Afin de valider ses transactions, Ripple s’appuie sur des partenaires qu’il sélectionne afin de faire fonctionner son protocole : le Ripple Transaction Protocol.  Ripple repose ensuite sur une base de données publique partagée pour enregistrer les paiements, échanges et envois de fonds à travers le monde.

Qui fait partie du réseau de validation RippleNet ?

validation-rippleLe réseau Ripple est géré par des milliers de serveurs, et chaque serveur dans le monde peut envoyer une demande de transaction. Néanmoins, certains de ses serveurs ont été validé préalablement par Ripple Labs et sont donc considérés comme « de confiance ». Ces serveurs peuvent appartenir à Ripple, a des banques partenaires ou à des fournisseurs de moyen de paiement. Le fait que de plus en plus de banques s’associent à ripple permet d’étendre le réseau Ripple, et par incidence augmente la vitesse de validation du consensus et la vitesse des transactions du réseau. Aujourd’hui Ripple peut gérer environ 1000 transactions par seconde.

Que se passe t’il quand RippleNet est surchargé ?

Comme nous l’avons dit plus haut, le processus de consensus est distribué. Donc, l’ensemble des serveurs essaient, en même temps, de valider la même liste de transactions pour créer un nouveau registre.  Mais que se passe t’il si jamais le nombre de transactions à la seconde surpasse la capacité de Ripple Net ?

Et bien cela voudra dire que la majorité qualifiée, les serveurs de confiance sectionnés par Ripple Labs, n’arrivera pas à un consensus. Cela peut aussi être du à un temps de latence sur le réseau. Lorsque cela se produit alors le processus de validation du registre des transactions est relancé jusqu’à ce que les serveurs de confiance arrivent à un accord sur le nouveau registre à éditer.

A quoi sert l’utilisation de la validation par consensus des pairs validés ?

vitesse-transaction-rippleL’utilisation de ce type de méthode de validation n’est pas anodin de la part de Ripple. Dans la définition commune d’une crypto monnaie on utilise plus souvent des protocoles comme le Proof Of Works ou Proof Of Stake (article en anglais) et le réseau de validation est en accès libre comme Bitcoin par exemple.

Mais Ripple n’est pas une crypto comme les autres. Le but est ici d’accélérer la vitesse de transaction des devises au niveau mondial.

L’utilisation de la validation via le réseau Ripple Net permet donc d’accélérer l’acceptation du registre, et d’avoir un meilleur contrôle sur le réseau d’échange en permettant de le réguler selon les besoins du marché.

 

Le réseau Ripple est-il sécurisé ?

C’est la maîtrise de son réseau de validateur par Ripple qui nous permet de répondre à cette question.

Le fait que Ripple Labs ait la main sur son réseau et qu’il y ait de multiples nœuds pour effectuer une validation nous faire dire que le réseau est sécurisé ou, au minimum, dépendant de la sécurité d’un certain nombre de ses validateurs certifiés !

De plus le registre public permet à n’importe qui de vérifier la véracité des transactions émises sur le registre. Le risque de fraude est donc minime.

Néanmoins, début 2014, la fondation Stellar (xlm), a connu une panne. Stellar utilise, comme Ripple, un processus de consensus. La panne est vraisemblablement due à un manque de nœuds dans le réseau, ce qui a entraîné une bifurcation du registre et donc un désaccord permanent entre les validateurs sur les transactions acceptées. Afin de rassurer ses investisseurs, Ripple avait répondu à travers la voix de son cryptographe en chef David Scharwtz : « le protocole assure la sécurité et la tolérance aux pannes en supposant que les validateurs soient configurés correctement », ce qui est le cas chez Ripple !

La réponse est donc clairement oui !