Le registre privé de la CBDC (Central Bank Digital Currency) est conçu pour les paiements et l’émission de devises.

L’actif numérique natif de Ripple, le XRP, peut être utilisé comme un actif de liaison neutre pour un transfert de valeurs sans friction entre les CBDC et les autres devises.

Ripple pilote une version privée du registre XRP

Selon le blog de la société, le projet consiste à fournir une offre de registre distribué aux banques centrales qui souhaitent développer, émettre et gérer leurs propres crypto-monnaies soutenues par l’État.

Ripple affirme que son registre privé CDBC, qui est basé sur la même technologie de blockchain que le XRP Ledger (XRPL), est capable de satisfaire les besoins des gouvernements et des institutions au moyen d’une solution sécurisée, contrôlée et innovante.

Comment investir dans le XRP

Plus de 80 % des banques centrales étudient activement le développement de leurs propres monnaies numériques et Ripple indique que son registre est à la fois privé (pour la confidentialité des transactions et le contrôle des devises) et interopérable (pour se connecter à l’infrastructure financière mondiale actuelle, ainsi qu’à d’autres CBDC et d’autres monnaies numériques), et qu’il peut être personnalisé.

 Il peut traiter des dizaines de milliers de transactions par seconde (TPS) au départ, avec la possibilité de passer à des centaines de milliers de TPS au fil du temps.

Un euro numérique qui utiliserait le registre XRP ?

CPA Australia a publié un rapport  qui indique que la Banque de France a ouvertement mentionné Ripple/XRP comme plateforme possible pour la monnaie numérique centrale européenne.

Selon le document :

Ripple et XRP bénéficient de la confiance de nombreuses banques en tant que modèle pour les CBDC car il est hautement centralisé et est basé sur un réseau autorisé où seuls certains nœuds de réseau peuvent valider les transactions, par opposition à Bitcoin et Ethereum décentralisé et sans autorisation. Ripple permet également la création de nouvelles monnaies et les développeurs de Ripple peuvent décider du moment et de la quantité de l’offre d’une manière similaire aux opérations actuelles des banques centrales.

Les discussions sur la création d’un euro numérique existent depuis des années, depuis que Bitcoin a donné naissance à l’écosystème des actifs numériques, qui est actuellement évalué à environ 1 300 milliards de dollars.

En février, Panetta du Conseil d’administration de la Banque Centrale Européenne a alerté sur le fait que si les innovations en matière de devise des banques centrales ne sont pas bien élaborées, elles peuvent devenir une source de perturbations financières. Il a cité les billets de banque en papier comme exemple d’innovation, qui a rendu le commerce plus simple.

Mais leur succès n’est pas venu facilement. Les tentatives des banques centrales d’émettre des billets de banque au XVIIe siècle ont entraîné l’émission d’un trop grand nombre de billets et même des défauts de paiement, ce qui soulève des questions quant à leurs effets sur la stabilité et, en fin de compte, sur la crédibilité du souverain. Pourtant, les billets de banque modernes ont fini par renforcer les avantages des banques centrales pour la société dans son ensemble.

La numérisation génère une plus grande efficacité et une réduction des coûts, mais elle peut également présenter des risques pour les consommateurs et le secteur financier. Alors que les géants de la technologie prennent en charge l’intermédiation financière, il existe un risque d’utilisation abusive des informations personnelles ainsi qu’un risque que les grandes entreprises technologiques menacent la concurrence par le biais de la vente liée, du regroupement, de l’interfinancement et de la dynamique du « winner-take-all ».

La BCE est préoccupée par le risque que les géants de la technologie évincent les intermédiaires traditionnels et réduisent la concurrence sur les marchés financiers, limitant ainsi le choix des consommateurs. Comme les grandes technologies sont régies ailleurs, la souveraineté européenne est en jeu. Les pièces stables utilisées par ces entreprises pourraient créer des risques systémiques et mettre en danger la souveraineté monétaire.

Afin de préserver la monnaie en tant que bien public, les banques centrales doivent passer au numérique. L’euro numérique augmenterait le choix des consommateurs, réduirait les coûts de transaction et soutiendrait la numérisation de l’économie, selon M. Panetta.

Amazon développe-t-il une monnaie numérique en secret ?

Amazon pourrait très bien envisager de lancer sa propre monnaie numérique. Le projet n’a pas encore été annoncé, mais des offres d’emploi récentes pourraient y faire allusion.

Une annonce de poste de responsable du développement de logiciels – paiements numériques et émergents, trouvée par Coindesk, indique que la société a l’intention de « lancer un nouveau produit de paiement en commençant par le Mexique. Ce produit permettra aux clients de convertir leur argent en monnaie numérique, grâce à laquelle ils pourront profiter de services en ligne, notamment pour acheter des biens et/ou des services comme Prime Video ».

Facebook a été la première grande entreprise technologique à annoncer un projet de crypto-monnaie : Libra. En décembre 2020, elle a été rebaptisée Diem.

L’Association Diem, forte de 27 membres, envisageait de lancer des versions numériques de plusieurs monnaies, ainsi qu’un « composite numérique » de toutes ses pièces, afin de répondre aux réactions négatives des autorités de régulation concernant son projet initial de créer une pièce synthétique adossée à un panier de monnaies.

Il est maintenant prévu de lancer une pièce unique adossée à un dollar pour une pièce de monnaie – une pièce de monnaie stable. Le Diem n’est pas censé reposer sur l’exploitation de la crypto-monnaie. Seuls les membres de l’association Diem pourront effectuer des transactions via la blockchain autorisée.

L’Association Diem prévoit officiellement de passer à un système de preuve d’achat sans autorisation dans les cinq ans, mais selon ses propres documents, il n’existe aucune solution « qui puisse offrir l’échelle, la stabilité et la sécurité nécessaires pour soutenir des milliards de personnes et de transactions à travers le monde grâce à un réseau sans autorisation ».