Un professeur de l’université de Waterloo, Anwar Hasan, en partenariat avec l’institut de recherche sur les chaînes de blocs Ripple, a confirmé avec son associée de recherche Crystal Roma, dans une étude que le réseau de chaînes de blocs XRP connaîtra un essor plus important que le Bitcoin.

Le professeur Hasan associe XRP et écologie

Tout en analysant l’impact de la technologie des chaînes de blocs et de la cryptomonnaie sur la planète, le professeur Hasan a déclaré que Ripple a tendance à être plus utilisé que Bitcoin par les entreprises du monde entier en raison de sa durabilité. Selon M. Hasan, « Bitcoin a une empreinte énergétique équivalente à celle d’un pays de la taille de l’Autriche« .  Il a déclaré que l’algorithme de preuve de travail de Bitcoin, conçu en 1993, valide les contrats et empêche les attaques de service dans sa chaîne de blocs. Cependant, au fil du temps, l’algorithme, nécessitant la concurrence des mineurs pour résoudre un puzzle informatique complexe, est devenu multidimensionnel, ce qui a eu pour conséquence de drainer les sources d’énergie.

Le Bitcoin, une monnaie bien plus énergivore que le XRP de Ripple

Le professeur du département d’ingénierie électrique et de science informatique a expliqué que le Bitcoin a un énorme effet négatif sur l’environnement, et qu’il produit environ 22 mégatonnes de dioxyde de carbone par an. Ce chiffre est similaire à l’empreinte carbone produite par la ville de Las Vegas. L’objectif de la recherche est de permettre la création d’un cadre respectueux de l’environnement pour que la cryptomonnaie puisse prospérer. Tout en soulignant la nécessité d’un système plus durable pour le bien de la planète, M. Hasan a cité le XRP comme un bon exemple de d’écologie. Dans une autre recherche, l’équipe a évalué le montant nécessaire à un nœud de validation en XRP, en soumettant qu’environ 62,84 $ sont nécessaires par an. Alors qu’un rapport de 2018 a confirmé que le coût de l’extraction d’un seul Bitcoin varie de 531 à 26 170 dollars, selon la province.

Un avenir tourné vers le respect de l’environnement grâce au XRP

Le professeur s’est dit convaincu que les résultats de la recherche encourageront la participation active d’un plus grand nombre d’entreprises vers le XRP. « La consommation d’énergie est un problème important pour les chaînes de blocs, et nous devons identifier de meilleures alternatives qui peuvent remplacer les algorithmes de preuve du travail« , a noté le professeur Hasan.  Plus tôt, NewsLogical a rapporté que l’université de Standford & Stockholm, dans une étude scientifique approfondie, a affirmé que le XRP est la monnaie cryptographique la plus écologique et la plus durable dans l’industrie des chaînes de blocs.