Western Union ne renonce pas au potentiel de la cryptomonnaie et continue de tester l’actif numérique de Ripple, le XRP. Selon un rapport de recherche du Crédit Suisse de 2020, le géant des transferts d’argent étudie le fait que cette technologie puisse accélérer et réduire le coût des paiements internationaux.

Western Union étudie de près les solutions de Ripple

La société internationale de transfert d’argent Western Union étudie et délibère sur le modèle de « paiements en tant que service » (PaaS) que Ripple via son XRP met actuellement en œuvre. En effet, en juin de l’année dernière, le PDG de Western Union, Hikmet Ersek, a déclaré que les premiers essais de la société avec le XRP ont montré que l’utilisation de la cryptomonnaie était cinq fois plus coûteuse que l’utilisation du système interne de Western Union. Il avait alors déclaré : « Ecoutez, je suis ouvert, toute économie de coût, toute innovation. J’y suis. Nous pouvons signer un accord demain« , en soulignant son intérêt pour les partenariats potentiels.

Selon M. Ersek, Western Union dispose d’un groupe spécial d’investisseurs qui « n’investissent que dans la cryptomonnaie et d’autres projets liés aux chaînes de blocs« . Si leur étude révèle que les caractéristiques de Ripple sont réellement bénéfiques pour ses services de transfert et de paiement, les perspectives de leur partenariat potentiel sont prometteuses. De même, en février 2019, la directrice générale de la région Asie-Pacifique, Molly Shea, a déclaré que la société se mettait stratégiquement en position d’utiliser des actifs crypto s’il s’avère qu’ils constituent la prochaine vague de paiements internationaux.

En savoir plus

« Quand on pense aux cryptomonnaies, si celles-ci commencent à décoller, nous devons être prêts. Nous devons être prêts d’un point de vue technologique. Et nous devons être prêts du point de vue réglementaire, nous devons constamment être à l’affût des tendances que les clients recherchent et nous assurer que vous êtes prêts à répondre à ces besoins et à ces attentes« .

Le Crédit Suisse voit l’utilisation de Ripple sur le marché B2B

Selon le Crédit Suisse, Ripple et sa technologie XRP ont le potentiel de réduire les temps de traitement et de générer des économies sur le marché B2B. Dans cette optique, le Crédit Suisse continue de faire valoir que le domaine du B2B entre entreprises offre un énorme potentiel de croissance, car les solutions existantes nécessitent des frais de traitement et des délais de transaction longs. Le rapport, publié en janvier, indique tout de même que les actifs des cryptomonnaies sont « peu susceptibles d’être adoptés pour les paiements de consommateur à entreprise, au moins à moyen terme« . Ce discours rebondit sur les difficultés liées aux procédures de contestation, à la fiscalité, à l’incertitude réglementaire et à la volatilité des prix comme des facteurs potentiels susceptibles de ralentir l’adoption. Le rapport cite BitPay, Libra, JPM Coin, R3, IBM World Wire et Ripple parmi les leaders dans ce domaine, tous poussant à l’utilisation des ressources numériques pour les transferts de fonds.

Qui sont les autres parties prenantes ?

En juin 2019, Ripple a commencé son partenariat avec MoneyGram, un concurrent de Western Union, avec un investissement de 50 millions de dollars. Cette initiative vise à faciliter les paiements transfrontaliers et les règlements entre devises. Depuis le partenariat de MoneyGram avec Ripple, le duo a déjà vendu pour 11,3 millions de dollars de XRP. Il y a plus de 200 institutions financières dans le monde qui sont membres du réseau Ripple-RippleNet. Ces membres sont des fournisseurs de paiements institutionnels tels que des banques et d’autres services financiers, dont MoneyGram.