asheesh-birla-ripple

Asheesh Birla, vice-président senior des produits chez Ripple, a déclaré que le plus grand risque auquel la société est confrontée est la réglementation (comme toutes les autres crypto monnaies au passage).
Par conséquent, Ripple crée une grande équipe de réglementation avec le devoir de veiller à ce que la prochaine vague de clients que la startup gagne ne soit pas limitée par des questions réglementaires.
« Nous faisons le tour du monde en nous assurant que cette réglementation ne va pas être un problème pour les 1000 prochains clients que nous aurons … pour ce que nous pensons pouvoir faire dans les deux prochaines années … « , a déclaré Birla lors d’une session panel baptisée «Scaling and Digital Disruption in Fintech», organisée par la Wharton Scale School de l’Université de Pennsylvanie.

L’un des défis réglementaires auxquels Ripple est actuellement confronté est de savoir si elle doit obtenir une certification de sécurité ou non. Même si la Commission de la titres (valeurs mobilières) et des échanges des États-Unis a précisé qu’Ethereum et Bitcoin ne sont pas des titres, la même précision n’a pas été donnée pour XRP. Pourtant, la société a soutenu que ce n’est pas une sécurité et que le PDG de Ripple Labs Brad Garlinghouse a fait tous les efforts pour mettre l’accent sur l’opinion de l’entreprise.

« Je pense qu’il est vraiment clair que XRP n’est pas une valeur mobilière. XRP existe indépendamment de Ripple et fonctionnerait même si Ripple Labs échouait. Je ne pense pas que notre propriété de XRP nous donne le contrôle. L’Arabie Saoudite possède beaucoup de pétrole qui ne lui permet pas de contrôler le pétrole dans le monde entier « , a déclaré M. Garlinghouse à la fin du mois dernier.

Au cours de la séance d’échanges d’experts sur le «détartrage et la perturbation numérique du Fintech», Birla a noté que la plupart des pays du monde adoptent une approche conservatrice en ce qui concerne les cryptomonnaies, car l’industrie n’en est qu’à ses débuts.

 

brad-garlinghouse-et-asheesh-birla

brad-garlinghouse-et-asheesh-birla

 

Et même s’il reconnaît que les crypto-monnaies ont un potentiel de transformation sur le monde, Birla considérait que Ripple faisait une sorte de «remaniement de l’ordre mondial» au lieu de perturber les banques. Selon Birla, la technologie de Ripple aidera les petites institutions financières à mieux se positionner contre les plus grandes.