Le PDG de Ripple, Brad Garlinghouse, a partagé sa vision de l’avenir pour l’entreprise si le gouvernement américain venait à reconnaître le XRP en tant que valeur mobilière.

Dans un épisode du Pomp Podcast avec Anthony Pompliano, Garlinghouse déclare qu’une partie des activités de Ripple aux États-Unis devrait changer si les régulateurs tranchaient pour reconnaître le token comme une valeur mobilière. Une grande partie des activités de la société aux États-Unis pourrait cependant continuer de fonctionner comme d’habitude.

Ripple pas vraiment impacté

Une grande partie de ce que Ripple fait aujourd’hui aux États-Unis, nous pourrions continuer à le faire, sans problème. Une composante de ce que nous faisons aujourd’hui est que nos clients de l’ODL (On-Demand Liquidity) nous achètent du XRP. Si [XRP], en fait, est une valeur mobilière, nous devrons obtenir une licence de courtier. Toute personne qui achète et vend du XRP aux États-Unis devrait obtenir une licence de courtier en valeurs mobilières.

 

Comment investir dans le XRP

 

Le directeur de la start-up de San Francisco a discuté publiquement de la possibilité que la société se déplace vers des juridictions plus amicales en matière de réglementation, ou du moins, vers des régions où les réglementations concernant les crypto-monnaies sont plus claires. Dans son interview avec Pompliano, Garlinghouse parle à nouveau de l’enquête de Ripple sur le transfert de ses activités à l’étranger.

Ripple s’implanterait à l’étranger ? 

La réalité est que nous dirions probablement simplement : « D’accord, afin de fournir une certitude et une clarté à l’avenir, nous voudrions examiner d’autres marchés et d’autres juridictions où cette clarté existe ». Plus tôt dans cette conversation, j’ai mis l’accent sur le Royaume-Uni. J’ai mis en évidence le Japon. J’ai mis en évidence Singapour. 

Pour l’instant, cependant, Garlinghouse souligne que, peu importe que le XRP soit ou non considéré comme une valeur mobilière, les activités de la société ne seraient pas modifiées de manière significative dans un sens comme dans l’autre. Le PDG va même jusqu’à dire qu’il serait dans l’intérêt des États-Unis de garder l’entreprise sur place.

 

Tuto : Acheter des Ripple XRP

 

Pour parler franchement, la plupart de nos clients sont aujourd’hui de loin des clients non américains et nous pourrions donc absolument continuer à développer l’entreprise et à nous étendre. C’est juste que nous ne serions plus un contribuable américain, alors que nous avons probablement payé des impôts d’un ordre de grandeur avoisinant quelques centaines de millions de dollars ici aux États-Unis et je pense juste que cela ne sert pas les plans américains de nous pousser vers l’étranger.