Un rapport de l’agence de presse Reuters a révélé un changement dans la vision de la Commission européenne quant aux actifs numériques. Selon le rapport, l’institution chercherait à rester à la pointe de l’innovation financière. Par conséquent, un nouveau cadre juridique pour les paiements avec des actifs numériques et crypto devrait être présenté d’ici 2024.

Une nouvelle réglementation

Le nouveau cadre juridique clarifiera les questions clés pour l’industrie de la crypto. Par exemple, comment les lois actuelles devront interagir avec les actifs. En outre, la Commission européenne propose que de nouvelles lois soient rédigées si nécessaire. La crise économique provoquée par la pandémie de coronavirus a accéléré le changement de point de vue de la Commission européenne. Avec jusqu’à 78 % des paiements encore réglés en espèces, l’institution cherchera également à créer un écosystème qui permette aux consommateurs de bénéficier de paiements « instantanés », comme l’a déclaré l’institution européenne :

D’ici 2024, l’UE devrait mettre en place un cadre global permettant l’adoption de la technologie des registres distribués et des crypto-actifs dans le secteur financier. Elle devrait également s’attaquer aux risques associés à ces technologies.

L’impact sur l’adoption du XRP

En principe, un nouveau cadre juridique tel que celui proposé par la Commission européenne pourrait bénéficier d’une technologie telle que celle développée par la société de solutions de paiement Ripple. Grâce à sa solution de paiement de liquidités à la demande, Ripple est en mesure d’offrir des services de paiements transfrontaliers instantanés à faible coût avec XRP.

 

 

En outre, le cadre pourrait conférer une plus grande légitimité aux paiements effectués avec des monnaies de cryptologie telles que Bitcoin, Ethereum et Litecoin. Toutefois, cela dépendra du cadre juridique présenté par la Commission européenne. Le rapport de Reuters note en outre que les autorités se concentrent sur les pièces de stablecoin après le battage médiatique autour de celui de Facebook. Par conséquent, le nouveau cadre juridique pourrait également leur accorder une plus grande importance ou légitimité pour les paiements.

La Commission européenne s’efforcera également de faciliter la coopération interinstitutionnelle en permettant au secteur financier de partager plus facilement les informations. De cette manière, la Commission européenne espère créer un écosystème avec beaucoup plus de services et une plus grande concurrence, mais avec un seul principe : « même risque, mêmes règles, même réglementation ». Ainsi, les consommateurs seront davantage incités à accéder aux services offerts par le système financier.

Des changements imminents

Cependant, l’une des révélations les plus importantes du rapport est peut-être le passage « rapide » que la Commission européenne veut effectuer vers les paiements instantanés. D’ici la fin 2021, ce type de paiement devrait être « la nouvelle norme ». Ainsi, les Européens seront moins dépendants des sociétés américaines telles que Visa et Mastercard, avec des alternatives régionales. La Commission européenne a ajouté dans le document auquel Reuters a eu accès :

D’ici 2024, le principe du brevet et d’un système unique d’octroi de licences devrait s’appliquer dans tous les domaines qui présentent un fort potentiel pour le financement du numérique.

 

Acheter des Ripple XRP